Is a better world possible? sitting, waiting, wishing…

ImageI took the bad habit to only write in this blog when I am overwhelmed by a situation, either happily or rather negatively. I am forced to admit that I am more and more inclined to write only when something affects me quite badly… I guess it is the effect of the ambient “sinistrose” after all…

Today’s post is motivated by an online conversation I had with a journalist specialized in European affairs in Brussels. I don’t really know the person and don’t really know what his background is, so my reaction is rather judgmental since online conversations are not the ideal ground for intellectual exchanges. But words are worth what they are worth, and “when spoken, can’t be taken back”…

It all started when I went planting my bad seed in a friendly online conversation between European affairs journalists about some feedback sent by militants from the French left party Front de Gauche, on an article my friend wrote.

I asked a simple question: “Despite the sometimes heated comments, isn’t there something to learn from the feedback of these militants”. My friend answered me cordially that he does interact with his readers, but that it is sometimes irritating to get heated comments all the time, and that Mélenchon’s attitude towards journalists doesn’t help. Fair enough, but suddenly the conversation took another turn with some other contributors and we ended talking about the cult of personality of Melenchon, the attitude of his supporters, why is Le Front de Gauche designated as extreme left by journalists, how the overall political panorama has moved to the right etc.

So far the conversation is alright although quite intense like all political discussions. It turned to vinegar (at least for me) when some comments became condescending. According to my debater, current leftist political positions (such as those held by le Front de Gauche) are worth those held in the 19th century while he considers that “modern” countries understood the complexity of the world and sailed away from these archaic ideals.

Well, the point of this blog post is not to report the conversation but what it has inspired me. I got the impression that the elite of the European society today, as represented by politicians, journalists and economists is somehow disconnected from reality and is not realizing the malaise in which entire populations are finding themselves in today: a mix of cynicism, hopelessness and laisser aller, in other words, the titanic syndrome.

Politicians and journalists are asleep while many thinkers such as Michel Serre predict a deep societal change fueled by the new possibilities offered by information technology, by the democratic access to information, and also by social media allowing citizens to speak up and rally. For others like Noam Chomsky, the unrest we saw these past couple of years is a global reaction to Neo liberal policies of the past decades. The people’s answer to the successive crisis and the loss of faith in the current social and economic model.

People do not trust their elite anymore and feel like nothing can possibly change because they think everybody in the political sphere is corrupt. A leaden horizon that makes everything look gray and inert. Then something happens and you have a major uprising, An immolation in Tunisia, defending a park in Istanbul, a baby in Sarajevo, contesting a security chief in Sofia, the closure of a TV station in Athens or a hike in bus fares in Sao Paulo… what’s next ?

At the end, it looks like we are going somewhere but nobody knows where we’re heading to, hopefully not straight in a wall. So even though I consider myself lucky (thanks to my professional and personal interests) to have access to positive initiatives working to create a better world, I still feel that I am affected by all the negativity around me. So how would someone looking at the world through the eyes of the current media and the current elite (politicians, journalist, opinion leaders…) see the world ? One color: black !

And this is why I am writing today, cause’ I had enough of the same soup served to me on a regular basis by those who are supposed to explain the world to me and to lead the global ship to a safe haven: “This what it is, we can’t do anything about it, this is the best system we got !”…

IMG_2711Well no, another world is possible ! The same way economical, political and social systems have changed in the history of mankind, the current one can be improved. Well, blame it on my naivety!

I’ll finish off with this declaration of failure and incompetence given by George Papandreou to act as the true representative people elected. The man who pulled the trigger on Greece, in his quality of prime minister, is now calling for a true direct democracy, taking advantage of the new possibilities offered by information technology because “Our democracies,” he says, “are trapped by systems that are too big to fail, or more accurately, too big to control”…

… A new dawn? Sitting, waiting, wishing…

A.

Posted in Activism, freedom, Politics, Rants | Tagged , , , , , , , , , , | 2 Comments

Why the HUB Brussels is no more

The Brussels HUB community has been shaken by sudden news a few weeks ago: HUB Brussels is declaring bankruptcy and closing down.

HUB Brussels was the first coworking space to open in Belgium and has been IMG_2711an inspiration to many others opening in Belgium, France, the Netherlands and beyond who came to visit the HUB Brussels, ask questions and get inspired by this innovative space. We need to be thankful to those who started this adventure and to those who carried it from an idea to a running business. My thoughts go to the cofounders (Simone, Eric, Jason and Alex), the hosts who nurtured the community, the careholders who supported the cooperative and the community of HUB Brussels members without whom the HUB Brussels would be a hollow space.

The past weeks played host to various conversations in the community and among the people involved in the management of the HUB organisation. Emotions and opinions were expressed, but the main question asked was “why?”. Now that we are a few weeks away from the painful news, I felt the urge to write down my personal assessment on the factors that led to the HUB closer, with a clear head and away from emotions. Obviously these are my own opinions and are subject to discussion, I am happy to exchange point of views in the comment section in this post or around a drink.

My approach is driven by a will to start a conversation, an assessment that will be beneficial to future businesses similar to the HUB and also to answer a few comments that I have heard following the HUB Brussels closure that might be harmful to social entrepreneurship in general and to Coworking in particular. These comments challenge the business model of the HUB and ultimately the Coworking model while claiming that this model cannot survive without public funding.

I have been involved in HUB Brussels for the past three years as a careholder first (member of the cooperative) then as a a staff member (as a contractor) and have witnessed the HUB Brussels and the international network evolve on a daily basis. I was introduced to the HUB organization by my friend Simone Poutnik (one of the 4 cofounders) and immediately liked the spark of energy and inspiration it brings. I was myself searching for a direction, looking to leave the corporate world and exploring more entrepreneurial ventures. I became a careholder and got involved in the community. Eventually I got more involved in the activity of the hub when I got approached by Simon Ulvund, the general manager back then, to provide feedback on a revenue model based on events, and ended up taking over the events activity of HUB Brussels when the position became vacant.

Like any other business, the HUB has had its strengths and flaws that ultimately led to a financial situation that couldn’t be sustained anymore. From my position, I firmly believe that the main issues that led to the closure of HUB Brussels are not related to the business model, but are mainly operational and linked to the organisational culture. Some elements are tangible like management, execution and operational decisions affecting the everyday life at the HUB while some are intangible like the organizational culture. Here are the main points according to me:

HUB Brussels is not a Coworking space:
Personally I consider this point as probably the most important point that led to the IMG_7107failure of the HUB experience in Brussels. When you talk with various people involved in the HUB governance and management about the activity of the HUB, they will tell you that the HUB is not a coworking space, it is much more. You would get the same feeling on the website, there is no clear mention of Coworking. This is a voluntary position the HUB has taken in Brussels and on a global level (HUB World) where many influential individuals consider Coworking spaces as simply “tables and chairs” that have no social impact or a will to have one while the HUB is about building a community and facilitating a social impact. I think this was the biggest mistake HUB Brussels has done, and the HUB global is continuing to do so, why ?

I have been involved in the organization of the Coworking Europe Conference 2011 and 2012, where managers of coworking spaces and community managers from all over the world meet to discuss relevant issues to their businesses and communities. As a matter of fact, the words that are the most used in these gathering are community and social impact. There is no coworking without a strong community sharing the same modern values such as sustainability, collaboration, innovation, entrepreneurship, social responsibility and openness… These values are the drivers of most founders of Coworking spaces and communities who live by them on a daily basis. The social impact of many coworking spaces I have seen is undeniable, they impact their community and shine on their environment and all their stakeholders.

The number of coworking spaces is doubling in number every year, by choosing to stay outside of this phenomenon, HUBs are not taking advantage of the evangelization process done by the coworking movement to boost a change of paradigms in the way we work through encouraging people to abandon their isolation if they are working from home, and motivating businesses to experience getting out of their classical working spaces to meet new people and ideas in innovation fertile environments, aka coworking spaces.

On the other hand, when choosing to stay away from coworking, the focus of the HUB shifted from a focus on work to a focus on social relations.

HUB Brussels is not an ideal space to work:
HUB Brussels is a great place to meet people, to have a chat, share a bite at the weekly IMG_6934“sexy salad” but it is not an optimal place to work. A member once told me “I feel that the HUB is a good place for the soul, but I doubt it is the right place for my company”, I personally think that this situation is the result of two elements: First, the design of the space then the hosting. HUB Brussels is an open space without a separation between the social areas and the working areas. I wonder if it was just an oversight, or if it was thought this way in the beginning to facilitate connections between people. Would the design have been done differently if it was clear that the HUB Brussels should be a space where people get together to WORK on their projects, and that it is undeniably a coworking space ?

As a matter of fact, HUB Brussels was quite noisy, especially at lunch time, which is quite a large time bracket. Moreover, there are no sound control elements aside from the Honeycomb structure that covers only a part of the space. A lot of members have difficulties to concentrate and have been quite often disturbed by noise while doing their work, which led ultimately to their departure. Close to a hundred members cancelled their membership in 2011 alone, a key statistic to consider. A careholder once said, “among the HUB Brussels membership, those who work and create leave, the others, stay”.

While hosting is the cornerstone of a community based business like the HUB, I believe that it has been sometimes a factor in encouraging disruptions rather than quiet.

Communication: A confusing message
By refusing to be linked to the booming phenomenon that coworking is, the HUB (on a global level) is not only missing on quite a substantial opportunity for visibility, but it is also delivering a confusing message on what to expect from the local HUBs. A number of people kept on asking me what the HUB was all about despite visiting the website and being aware of some of the HUB’s activities. additionally, the focus on “social entrepreneurs” created some kind of a wall between HUB Brussels and a number of interesting individuals who do not necessarily identify themselves as social entrepreneurs.

This segregation in language and in practice created some kind of a blur in the identity of the community, who is welcome and who is not. If the intent with the HUB Brussels was to create a space for social innovators, it is legitimate to ask ourselves: how many in the community were indeed social innovators?

Instead of focusing too much on language, the HUB as an organization needs to act upon its values not only to attract like minded people but also to positively influence all the stakeholders who are not initially social innovators through an active leadership and a sustainable, responsible and innovative management style. A Coworking space is an eco system composed of various talents and it has to be open to all those who find value in the space and in being involved in the community. The identity of the community takes shape in how the hosts of the community act upon their values.

It is very interesting to take Hub Melbourne as a counterexample to illustrate my point above. Hub Melbourne started in March 2011 and today is a community of 700 members. This is how its founder Brad Krauskopf explained it during the Coworking Europe Conference 2012 The HUB Melbourne clearly states that IT IS a coworking space and that it is built around Coworking, learning and connecting. For the record, Brad was the only person involved in an existing hub to be present at this year’s Coworking Europe conference, besides myself…

The bottom line: Out of sight out of mind
Alex, one of the HUB cofounders said at the end of the careholders meeting where the decision to close HUB Brussels has been taken that “the founding members should not probably have created a cooperative company but rather an association”. He added that HUB Brussels was never really considered (and managed as) a company while it had the constraints of a company without the facilities that an association may have. I believe this statement is very close to reality, since I felt there was a misalignment between the financial and economical reality of the HUB and what the organization was offering and at what cost. There was a confusion between the concept of a social enterprise that needs to be financially sustainable and a community managed space that is supported by external funding (donations, public funding) like a hackerspace (or a library) is.

The founders/managers kept looking for flexibility at all prices for a long time while loosing focus on the bottom line. When I joined in january 2011 I was struck by the number of free services available, especially for external space renters. No markup was made on catering, coffee breaks were free and the room rental prices were quite low. By making some adjustments on the pricing model and the offering (among other things) the yearly income of the events activity has doubled.

On the membership side, there were too many membership types to choose from. A common pattern I observed among members, was taking quite a high membership level, then decreasing it every month until reaching a HUB connection level (no desk hours) then quitting completely. Another very important statistic to take into account is the number of members per membership type, most of the members of the community were connection members or have a low number of working hours type of membership. Moreover, this model makes it hard to have a stable community since people come and go but do not strengthen the core of the community and do not generate a power of attraction on doers: people who need a space to work and who do generate projects and thus collaboration opportunities.

Governance and leadership: Who wants the hot potato?
One of the main issues on the management level was the disconnection between the decision makers and the everyday reality of HUB Brussels. Management decisions (strategic and day to day decisions…) were in between the board and the management team leaving cavities in the management process that ultimately led to energy leakage. HUB Brussels was often referred to by board members and team members with the term “energy drainer”. We knew that the main reason was the disconnection between the power of decision making and the responsibility linked to it, but no reliable solution for this problem could be found on time.

A business like the HUB needs to be carried on by the same people who believe in the necessity of its existence, its impact and its values. They need to get their hands dirty to fix things on a day to day basis in addition to nurturing the community. In the case of HUB Brussels, the cofounders stepped out of the daily management and found themselves without energy and motivation to carry the HUB forward, or have moved out of Brussels/Belgium. When the decision was taken to do something about this situation by transferring leadership and decision making to a new co-founding team, the financial hole was too big to close. The process to identify a new team, was shaky, long (a year) and left too many people involved hurt on the side, instead of using this process as an opportunity to strengthen the core of the community.

Everyday management: The struggle
During long periods of time HUB Brussels found itself without a general manager, or IMG_7124with general managers focusing on other issues outside of HUB Brussels at times or with managers without power to make decisions, mainly on the financial side, at other times. Since the HUB Brussels management was left without much freedom to handle money (there wasn’t much of it anyway), simple management tasks were simply not done: HUB Brussels was left for a long period of time with a broken WiFi, a broken phone system (No fixed phone for most of 2012 and full time members with no dedicated phone lines). No marketing campaigns could be carried out, except through emailing to a limited database. HUB Brussels had no flyers or brochures to promote the coworking activity nor the events one (only electronic PDF in the latter case).

Without a reliable internet connection or phones, many members had no choice but to leave since they couldn’t do what they were at the HUB for: WORK. despite this situation, most of them were gutted to have to leave.

Community: The HUB needs Doers not talkers
As a direct result of what I explained above, many of the people who are regulars at HUB Brussels did not join because they needed a space to work but rather because they were looking for a social circle of like minded individuals. As a matter of fact, the HUB Brussels community had quite a large number of coaches, facilitators and people looking for the next challenge in their life. Do not get me wrong, I have nothing against coaches, facilitators and I have a lot of respect for people who take a moment to reflect on what they really want to do with their lives. However, you need initiatives to facilitate, entrepreneurs to coach and success stories to inspire others. Entrepreneurs need to be the drivers of the community not the other way around. A community needs to be built with entrepreneurs at its core, people with ideas allowing an eco system to emerge around the projects they are creating and therefore attracting more members to the community.

Conclusion

HUB Brussels lost around a 100 members per year, due to the factors listed above. IMG_7162Would the HUB Brusels have closed down should these members have been retained? I don’t think so. Despite all the issues HUB Brussels had on the date of closure, the HUB had around 140 paying members.

It is a pity to see HUB Brussels close down, its leadership and inspiration is already missed. We need however to learn form the HUB Brussels legacy and from the mistakes made, in order to create socially responsible organisations which can do well while doing good as they have a positive impact on society while being financially sustainable. So far, the time has not been taken to analyse the reasons behind the failure of HUB Brussels which has left the community with a sense of frustration and misunderstanding. I have the feeling that the circle has not been closed yet, hopefully these few lines can start a conversation, positive and constructive….

I can’t finish off this long post without thanking the community of HUB brussels past and present for being part of my life for the last three years, for all the learning and for all the good times…

Having had the habit to finish blog posts with a song, this is the one I have in mind right now… Must the show go on ?

A.

Posted in Business | Tagged , , , | 47 Comments

Iranisation de la Tunisie: Entre complaisance et indignation

Hier la Tunisie a vécu une journée des plus sombres de sa nouvelle ère révolutionnaire. En un jour, plusieurs atteintes aux libertés ont indigné les Tunisiens. Tout a commencé avec le procès intenté à la chaîne TV Nessma et à son représentant légal, Nabil Karoui, pour avoir programmé le film Persepolis, et ses deux scènes supposées avoir personnifié le divin. Au delà de sa portée identitaire, c’est clairement un procès politique et le premier procès à l’encontre de la liberté d’expression de l’ère post Ben Ali. Ennahdha serait-elle en train d’installer une nouvelle dictature et une censure systématique de toute information qui ne lui conviendrait pas ?

A la sortie du tribunal, deux journalistes: Zyed Krichen et Hamadi Redissi‎ ont été pris à parti et agressés par des défenseurs de Dieu. Le seul crime de ces deux journalistes/penseurs: leurs plumes et leurs idées qui n’accommodent pas Ennahdha et ne la caressent pas dans le sens du poil. Zyed Krichen, est le rédacteur en Chef du quotidien “El Maghreb” qui s’est illustré par ses articles critiques à l’égard des islamistes, et ses enquêtes sur le terrain dont une qui a fait couler beaucoup d’encre: La fameuse enquête sur l’émirat salafiste de la ville de Sajnene.

Ajoutons à ces deux faits, l’excommunion (Takfir) du journaliste Haythem Mekki par le président de l’Association tunisienne des sciences coraniques (proche d’Ennahdha) et son limogeage de la chaine Nationale, El Wataniya 1. Un limogeage à cause de ses rubriques satiriques sur Mosaique FM et à ses statuts moqueurs sur sa page facebook où il laisse libre cours à son sarcasme pour critiquer le discours populiste des islamistes et la bêtise de leur régiment de partisans inconditionnels sur facebook, en fait le bras armé du mouvement.

L’idée perçue jusqu’ici est qu’Ennahdha a du mal à contrôler ses masses, et que les cadres du parti étaient vraiment dans la modération. Mais comment veut-on contrôler les bases du mouvement lorsque les discours tenus par ces cadres les galvanisent et justifient leurs actes? Avons nous oublié si rapidement le discours du 6éme califat du Premier ministre actuel Hammadi Jebali ? Ou la vidéo du ministre de l’Enseignement supérieur Moncef Ben Salem qui a traité Bourguiba de sioniste pour avoir été l’artisan du Code du statut personnel à l’instigation de la France et d’Israël.

Montée en puissance

Ces derniers temps, les islamistes de tous bords, qu’ils se réclament d’Ennahdha ou des salafistes d’Ettahrir sont passés à la vitesse supérieure. Cela avait commencé avec les dénigrements des démocrates sur Internet, puis par des batailles rangées où Ennahdha mobilise des contre manifestants en masse à chaque occasion où une protestation est organisée contre une mesure du gouvernement ou de l’Assemblée constituante.

Aujourd’hui, la provocation est montée d’un cran, on est passé à l’étape de l’agression physique et de la violence. Aujourd’hui on a eu droit à un appel au Djihad, à la guerre sainte, par un représentant d’Ennahdha à l’Assemblée constituante, Sadok Chourou. Ce dernier, en session plénière télévisée, cite la 5éme sourate du Coran “La table servie (Al-Maidah)” – Verset 33: “La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et son Messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées la main et la jambe opposée, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment,”

Ainsi Mr Chourou excommunie les sit-inneurs, et autres contestataires et les compare à ceux qui font la guerre à Dieu et à son prophète. Est-ce un appel clair à la violence contre les nouveaux boucs émissaires désignés par Ennahdha: les militants du Parti communiste des ouvriers de Tunisie ainsi que les syndicalistes de Redeyef et d’ailleurs?

Le jour même, des militants du l’UJCT (Union de la jeunesse communiste de Tunisie) se sont fait agressés à Sousse par des salafistes… coïncidence ? La mort de Yahya Sahbéni, militant nationaliste d’El Watad à Sejnane était-ce vraiment un suicide ?

Iranisation et complaisance

Tout ce remue-ménage se passe sous le regard complaisant des deux “leaders démocrates” employés à plein temps pour légitimer Ennahdha: J’ai nommé M. le Président de la République Moncef Marzouki, qui comme à son habitude, n’a pas mâché ses mots pour nous sortir une nouvelle pitrerie. M. Marzouki n’hésite pas à mettre de l’huile sur le feu en accusant les “hordes de l’extrême gauche” d’être à la base des revendications sociales et de la situation instable en Tunisie. De même, notre autre président, M. Mostapha Ben Jaafar, président de l’Assemblée constituante est connu pour son laxisme légendaire. Il n’en sort que pour attaquer le clan progressiste. Dernier exemple en date, lui qui se sent obligé de commenter toutes les interventions des députés à l’Assemblée constituante, n’a pas trouvé mieux que de remercier Sadok Chourou après avoir proclamé le djihad sacré contre les infidèles contestataires. Le même jour, il ne s’est pas empêché de couper le micro à Ahmed Nejib Chebbi, lors de son intervention au sujet de la situation économique et sociale du pays et sur la nécessité de voir le gouvernement prendre ses responsabilités.

Les islamistes sont en train de marcher sur les traces des mollahs Iraniens, suite à la révolution de 1979. Comme en Iran, les alliés progressistes d’hier sont devenus les mécréants d’aujourd’hui. Comment peuvent-ils oublier si facilement les sacrifices faits par tous ceux qui les ont défendus du temps de Ben Ali pour qu’ils puissent regagner leurs libertés? Ceux qui les ont défendus hier et qui continuent à les défendre aujourd’hui quand leur droits sont menacés. C’est ainsi qu’on a vu le clan progressiste se démarquer de la publication d’une vidéo publiée sur internet montrant les ébats du ministre de l’Intérieur tunisien (Ennahdha) avec un de ses codétenus, lorsqu’il était emprisonné sous Ben Ali. Même, après tous les coups bas, attaques et dénigrements essuyés par le clan progressiste sur facebook par les pages de propagande d’Ennahdha, tous les progressistes sans exception se sont unis pour condamner cette vidéo. Les nahdhaouis auraient-ils  fait de même ? Cela m’étonnerait.

Pouvons-nous comparer ces provocations et intimidations islamistes visant à taire les voix libres et à instaurer une culture de la peur à celles de la jeunesse hitlérienne qui ont contribué à la montée du nazisme en Allemagne. Serait ce encore une fois de l’alarmisme facile et de la diabolisation gratuite des islamistes comme l’ont déclaré les politiciens occidentaux après la Révolution?

Je me rappelle d’un débat que j’avais organisé avec Madame Hélène Flautre, députée européenne des Verts, qui croyait fortement à la démocratisation du courant islamiste et à leur diabolisation volontaire par tous ceux qui ont des réserves à leur encontre. Je suis curieux de connaître son avis aujourd’hui. Je suis aussi curieux de connaître celui d’Alain Juppé et celui des journalistes qui ont qualifié les islamistes tunisiens d’Ennahdha et les Egyptiens des frères musulmans de “modérés”. Ils ne sont modérés que parce qu’il y’a pire qu’eux: les Salafistes et autres Wahabites fanatiques œuvrant à la restauration du califat en terre d’Islam.

Devrions nous craindre un scénario à l’algérienne où les islamistes se sont radicalisés et ont choisi le langage de la violence ? Si contrairement à l’armée algérienne, l’armée tunisienne est restée en dehors des enjeux politiques, va-t-on vers un affrontement entre communistes et anarchistes d’un côté et Salafistes et Nahdhaouis de l’autre ? Quel sera alors le rôle de la police?

Je suis solidaire avec mes compatriotes tunisiens qui vivent un moment difficile en ce moment. Je suis particulièrement solidaire avec les étudiants et enseignants de la faculté des sciences humaines de la Manouba sous agression salafiste depuis plusieurs semaines. Je les vois en cercles chanter:

This morning I woke up in a curfew
Oh god, I was a prisoner too – yeah
Could not recognise the faces standing over me
They were all dressed in uniforms of brutality

A.

Posted in Censorship / Censure, freedom, liberté d'expression, Tunisia / Tunisie | Tagged , , , , , , , , , | 2 Comments

Analyse sommaire des élections de la constituante en Tunisie: la communication est le nerf de la guerre !

Maintenant que l’effervescence des élections et des résultats sont passées, il est important de regarder en arrière, faire la perspective des 11 derniers mois et comprendre les résultats du scrutin pour la constituante.

Le résultat porte en lui la succession de plusieurs facteurs, que j’essaye de relater ci-dessous, ce n’est sûrement pas une rétrospective exhaustive et vos commentaires sont les bienvenus, de même que toute critique ou ajout. J’ai essayé d’être le moins partisan possible, même si on ne peut pas l’être à 100% puisqu’on porte avec soi son propre cadre de référence et ses affinités.

Pendant la révolution, le seul parti politique présent quotidiennement sur les chaines satellitaires, à écrire des communiqués et à commenter à chaud les évènements était le PDP. Quotidiennement, on voyait les leaders du PDP sur France 24 et El Jazeera: Maya Jribi, Nejib Chebbi, Issam Chebbi, Iyed Dahmani… Moncef Marzouki apparaissait régulièrement aussi, mais il se présentait toujours comme un opposant Tunisien, le Congrès Pour la République n’était pas mis à l’avant.

Le 13 Janvier, Ben Ali fait des concessions, qu’encourage Chebbi d’un côté et appelle à la démission du gouvernement et à la formation d’un gouvernement d’union nationale de l’autre. A ce moment, la classe politique ne pensait même pas que Ben Ali allait partir le lendemain et l’orientation du PDP était d’encourager aux réformes de l’intérieur. Cependant, il faut mentionner que Maya Jribi était aux avants postes des manifestations devant le ministère de l’intérieur.

Chebbi a choisi de participer au gouvernement Ghannouchi 1 ouverts aux partis existants avant le 14 janvier. Moncef Marzouki n’y était pas invité et Ennahdha et le PCOT n’existaient pas encore. Ces derniers étant restés de facto en dehors du gouvernement, ont poussé au sit du Kasbah 1 avec l’UGTT qui s’est fait proposé 3 ministères mais n’en était pas content. Mostapha Ben Jaafar, a d’abord accepté de participer au gouvernement d’union nationale et dès que les ministres de l’UGTT ont refusé leurs ministères respectifs, il a choisi de démissionner.

Donc 1er coup porté à Nejib Chebbi et Mohamed Brahim : ne pas avoir choisi le “bon” camp pendant les événements de Kasbah 1. Mohamed Ghannouchi avait mis Chebbi au devant de la scène pour défendre le gouvernement, ce que Chebbi a accepté et a apparu à la télé pour défendre le gouvernement et Mohamed Ghannouchi en personne, ce qui lui a valu d’être associé à ce gouvernement…

L’image perçue par la rue est celle d’un politicien animé par le pouvoir (il korsi) alors que le souci majeur du PDP et ça je le sais de l’intérieur était une transition douce tout en sécurité, sans sang comme en Egypte, ou ailleurs, quitte à mettre de côté les intérêts du parti. Ce débat a bel et bien eu lieu au sein du parti, et la décision de mettre les intérêts de la Tunisie avant celles du parti a été prise.

Ceci n’est que le début d’une série de coups portés au PDP, qui est passé du principal parti d’opposition effective contre Ben Ali, à un parti qui n’inspire plus confiance :

2ème coup: le PCOT, Ennahdha et le CPR appellent à élire une assemblée constituante, le PDP veut reprendre la constitution de 59′ l’assainir par des experts pour rendre des élections libres possibles et organiser des élections législatives et présidentielles. Kasbah 2 poussée par les 3 partis là haut mobilise et obtient gain de cause. Ghannouchi 2 tombe et on va vers une constituante largement poussée par les militants du PCOT, qui aujourd’hui n’obtiennent aucun siège. Que fait Mostapha Ben Jaafar? Rien, il attend et se range du bon camp. Et Moncef Marzouki ? Il a été contre le gouvernement d’union nationale dès le début et sera contre lui jusqu’au jour du scrutin, en appelant à ce qu’il démissionne et en soutenant le sit in raté de la Kasbah III poussé par Ennahdha.

3ème coup: Chebbi et le PDP choisissent d’appeler un chat un chat, et prennent des positions sur tout, leur discours est souvent nuancé, ils ne cherchent pas les extrêmes, mais leurs discours sont sortis de leur contexte par les dizaines de pages pseudo révolutionnaires (entre autres: Tunisia _ تونس _ Tunisie, الحقائق الخفية) qui lui déclarent la guerre, à commencer par une vidéo d’un commentaire qu’il a fait sur le hijab qui a été détourné de son sens. Quand on pense que ce sont des pages qui rassemblent jusqu’à 800.000 fan par page, on peut être sûr que ces vidéos vont être vues, ils ont été partagées massivement et ont fait le tour du web tunisien.

4ème coup: Le PDP commence la campagne tôt avec une campagne d’affichage pour associer les deux personnages publics du PDP (maya et chebbi) au parti et à son identité visuelle. Cette campagne est attaquée par tous, dont MBJ et Ettakattol, qui quelque temps après font une campagne nationale à leur tour. Ennahdha choisit des méthodes plus sournoises: Journeaux, plages, banderoles, mariages, circoncisions, moutons du Aid, mosquées, écoles coraniques, meeting avec des salafistes (comme à Kairouan), intimidations etc. ils ciblent les couches les plus défavorisées de la population et emploient plusieurs pages facebook pour dénigrer leurs opposants, tous les progressistes y passent, sauf Marzouki qui se rapproche d’Ennahdha. Ennahdha accapare l’islam, et se positionne comme le défenseur des valeurs musulmanes menacées par les progressistes. Une partie de la rue ne comprend pas la nécéssité de séparer la religion et la politique, en associant état civil avec laïcité qui à son tour est confondue avec athéisme… son impression devient : Si tu es contre Ennahdha alors tu es contre l’Islam, ce qui porte un coup énorme à Chebbi qui s’est positionné clairement en opposant à Ennahdha.

5ème coup: l’interdiction de la publicité politique. Tous les partis acceptent cette décision même si elle est contraire aux lois en cours, sauf le PDP et l’UPL de Slim Riahi. Ceci porte un double coup au PDP qui choisit de refuser la décision de l’ISIE et de faire valoir ses droits. Chebbi est vu comme omnipotent, se positionnant contre les lois et les institutions. Le PDP est du coup associé à l’UPL qui est mêlé à plusieurs histoires de distribution d’argent, moutons etc. et se met à dos Moncef Marzouki qui le portraie comme le nouveau RCD, corrompu par l’argent.

6ème coup: Marzouki, passé de progressiste laic avant le 14 janvier, à utiliser les mots “Progressistes, laicard et francophone – fouloul al frankoufouniya) comme insultes, attaque tout le monde à tout va. Pour lui tout le monde est corrompu, sauf Ennahdha et le PCOT… Il n’attaque jamais frontalement Ennahdha comme il fait avec les partis progressistes et évite de mentionner ses comportements suspicieux. Il va même jusqu’à légitimer Ennahdha, en appelant à voter QUE pour les « vrais » partis d’opposition d’avant Ben Ali : le CPR, Ennahdha et le PCOT.

7ème coup: Les Tunisiens se renferment sur leur religion et sur leur identité avec les épisodes du film de Nadia El Feni, Talbi Vs Mourou, les émissions de Nessma avec les penseurs progressistes pendant le Ramandan, Persepolis etc. ce qui renforce le clivage entre les “bourgeois” tunisois et le reste des classes sociales. Le PDM est le premier à en souffrir, en dehors des circonscriptions aisées il est vu comme un parti de bourgeois laïcards et francophones. Le PDP qui initialement veut être rassembleur est aussi associé à cette image, comme il a choisi de confronter Ennahdha.

Ettakatol, décide de commencer sa campagne au bon moment. Ettakattol a pris le temps de bien s’organiser et sort un bon programme, une belle identité graphique, et peaufine sa communication. A l’image de MBJ, le parti est modeste, cherche le compromis tout en restant ambigu sur ses relations avec Ennahdha, il ne parle pas d’alliance, mot qui fait peur, mais plutôt d’union nationale. Il convint une partie de la classe moyenne/moyenne et moyenne/supérieure, initialement l’électorat du PDP. Ettakattol monte et le PDP descend, 8ème coup.

9ème coup: Le PDP s’élargit rapidement, et accepte des milliers de nouveaux adhérents en son sein, le parti a l’intention d’évoluer et de passer d’un parti d’opposition militant, à un parti qui gouverne. Ceci provoque le mécontentement de plusieurs militants de longue date qui n’acceptent pas cette nouvelle orientation du parti. Ces défections sont médiatisées à une large échelle, ce qui ébranle l’image du parti et confirme sa nouvelle image de fous de pouvoir, comme sera vu Nejib Chebbi par une partie de la population.

Pendant la campagne, les pages mobilisatrices (citées plus haut) appellent à voter Ennahdha, CPR et PCOT, relayant le message de Marzouki qui a dénigré tous les autres partis d’opposition d’avant Ben Ali. Le PCOT qui a été la locomotive des demandes d’une assemblée constituante se retrouve sans sièges, laissant les deux grands gagnants des élections (Ennahdha et le CPR) loin devant.

Il reste surement d’autre éléments, mais à ce moment là les jeux sont faits, et le dernier coup de rein du PDP, et la clarification de son message ne servent plus à rien. Chebbi est déjà associé à un politicien fervent de postes et de pouvoir, ce qui fait peur à beaucoup de gens fatigués de culte de la personnalité de Ben Ali et de Bourguiba, alors que sa prise de position claire en séduit d’autres qui sont a ce qu’on a vu beaucoup moins nombreux.

Mon analyse des faits ci-haut est la suivante: Le premier parti Ennahdha a mis de gros moyens dans sa campagne, a gagné sa légitimité avec son passé de parti d’opposition opprimé donc digne de confiance et a travaillé l’électorat au corps. Il a pris en otage l’Islam et l’a associé à son parti, a maintenu un discours populiste et démagogique et n’a pas eu la main morte sur les aides, touchants les couches les plus défavorisées. A ce stade, on n’a pas encore parlé des accusations de fraude, en plaçant des assesseurs d’Ennahdha dans tous les bureaux de vote (allant même à placer tout un bureau de vote avec des membres à lui au Qatar). On l’accuse d’avoir acheté des voix contre présentation d’une photo du vote, d’avoir distribué des bons pour des moutons du Aid etc. etc .etc.

Les deux autres gagnants sont le CPR et Ettakattol. Le CPR, bien que démuni financièrement, en ressources humaines et en programme, a su convaincre grâce à Moncef Marzouki qui a toujours été « contre », il a gardé en cela son image d’opposant et a rallié tous ceux qui voulaient une rupture claire avec le passé. Ettakattol quant à lui a évité de se faire voir et a évité la médiatisation à outrance en opposition avec le PDP, qui était sur tous les coups. Ettakattol à l’image de MBJ est sorti de sa contemplation au bon moment et s’est placé à chaque fois du bon côté.

Le peuple Tunisien a voté en masse pour un parti populiste islamiste aux mêmes pratiques que le RCD dissous. En deuxième place, pour Monsieur No, opposant continuel aux gouvernements en place, se souciant peu de la continuité du pouvoir et de la transition. Il a joué la carte de la simplicité, voir de la pauvreté tout en adaptant sa position au moment présent. En troisième position, au parti de la tranquillité qui a laissé les lièvres courir devant et les a rattrapé tout doucement, puis les a dépassé en ne se mêlant pas de l’effervescence de la scène politique et sociale, frivole et instable.

La rue n’a pas saisi la volonté du PDP d’assurer la continuité du pouvoir pour ne pas voir le pays s’embraser dans la violence, en favorisant le changement en douceur et de l’intérieur. Chebbi en représentant médiatisé du PDP, a pris sur lui la responsabilité de la transition démocratique en Tunisie. Ce qui lui a coûté cher après.

Nejib Chebbi a été trop présent, son leadership et son style direct ont fait peur et sa vision de société n’a pas été saisie. Le PDP n’a pas adapté son style de faire de la politique au pays, et a fait de la politique à l’occidentale, en favorisant le message et le leadership. On peut reprocher au PDP son énergie et de s’être placé comme un parti leader qui se devait de prendre ses responsabilités pour sauver le pays. On peut lui reprocher d’avoir fait un mauvais calcul politique et de n’avoir pas fait de la politique politicienne, mais on peut lui reprocher d’être ni populiste, ni opportuniste, ni attentiste, ni démagogique.

Mon analyse ci-dessus n’est pas exhaustive ni gravée dans la roche, j’aimerais connaître la votre et en débattre, dans le respect des opinions de chacun, car c’est cela l’exercice de la démocratie.

A.

Posted in Tunisia / Tunisie, Uncategorized | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

Lina tiens bon – Who the cap fit let them wear it !

Les événements se sont succédé depuis le 14 janvier avec une vitesse hallucinante et je me suis rapidement retrouvé dépassé. J’ai repris ma place d’observateur à cause de la distance qui me sépare des nouvelles quotidiennes qui défrayaient la chronique tunisienne: enjeux politiques, révolution et contre révolution, incertitude, peurs, intox et essor des pseudo révolutionnaires qui ont pris d’assaut le web tunisien.

Nombre de billets que j’ai écrit et gardé pour moi et nombres d’autres que j’aurais aimé écrire, mais par respect et par refus de faire de la surenchère, j’ai préféré garder le silence et laisser du temps au temps, mais aujourd’hui, y’en a marre, yizzi fok.

Nombre d’activistes du temps de Ben Ali que j’ai vu bafoués. Nombre de vrais opposants qui du temps de Ben Ali ont risqué leur peau et que j’ai vu défigurés par des moins que rien qui faisaient la sourde oreille, pendant que eux militaient. De nos jours Il est devenu trop facile de s’apparenter à la révolution tunisienne, la révolution du peuple… comme si 10 millions de tunisiens ont fait la révolution. Un peu d’humilité s’il vous plait.

Il a suffit que Lina Ben Mhenni se fasse nominer pour le prix Nobel de la paix pour que recommence la vague de dénigrement et d’attaques personnelles. Juste parce que Lina est apparue sur France 2 à l’occasion de l’émission “Ce soir ou jamais” et a osé dévoilé ses craintes et sa peur de voir la Tunisie devenir islamiste, elle est devenue une salope, une pute et une chienne. Ce ne sont pas mes mots, ce sont les basses attaques véhiculées sur facebook par des personnes qui n’ont rien à envier à ceux qui ont fait que Ben Ali et sa clique demeure au pouvoir pendant 23 ans. Si on se permet ce genre de pratique, on ne peut pas défendre la démocratie, en effet ils ne l’ont jamais fait. Tout ce qu’ils savent faire c’est fouiller dans la vie intime des gens pour exhiber des photos et trafiquer des vidéos, exactement les méthodes de l’armée du Benalisme, quelle est la différence entre hier et aujourd’hui?

Quand les soulèvements à Sidi Bouzid et Kasserine n’étaient pas encore connus de tous, Lina Ben Mhenni était sur le terrain, prenait des photos et faisait connaître au monde entier les horreurs qui se passaient au quotidien, la colère, l’oppression et les morts. A travers son engagement avec “global voices” la communauté internationale de bloggeurs et de journalistes citoyens, la cause tunisienne a pris de l’ampleur. Avant même le début de la révolution de décembre 2010, elle blogguait et militait pour la liberté d’expression dont on jouit aujourd’hui… si elle et la bande de bloggeurs, twitteurs et net activistes que vous discréditez aujourd’hui n’avaient pas existé, la révolution tunisienne ne serait qu’une chimère. Si le mouvement du net n’avait pas grandit petit à petit, si Zouhaier Yahyaoui n’avait pas fait des rejetons, décervelés et résignés, notre réalité, serait toujours teintée de violet…

De toute façon, ce schéma est classique, ceux qui font les révolutions, le font parce qu’ils croient dur comme fer dans des valeurs universelles, de liberté et d’égalité… la liberté aussi pour ceux qui n’en connaissent pas la valeur, et qui n’en respectent pas les fondements… eux mêmes qui s’érigent maintenant en juges et jurés, les voix du jugement, de l’intransigeance et de l’absolutisme de la pensée unique…

Je ne connais pas Lina Ben Mhenni, sa vie lui appartient et ses pensées aussi, mais son parcours d’activiste n’est pas sujet à discussion, ni celui de ceux que vous avez attaqué avant elle et que vous continuerez à souiller…

Lina tiens bon… who the cap fit let them wear it !
A.

Posted in freedom, liberté d'expression, Tunisia / Tunisie | Tagged , , , , | 1 Comment

There is a war going on for your mind

Mes chers amis,

Ces 96 heures ont été pleines de rebondissements, de changements, de dangers et aussi de célébrations. Mais maintenant que le lit de la rivière s’est calmée, même s’il on y voit un peu plus clair, on est loin de la transparence, et la situation nous appelle plus que jamais à la vigilance.

Ce qui va se passer dans les prochains jours voir les prochaines heures, va modeler la Tunisie de demain. Nous devons faire attention à ne pas repasser par la case départ et réitérer les erreurs du passé.

Après les premières confusions crées par l’état d’urgence, les pillages et les meurtres, on a une meilleure idée de qui est qui, et sur l’énormité du plan d’urgence élaboré par les proches de Ben Ali. Un plan de destruction massive en vue de stimuler un chaos sans précédant comme le montre si bien l’article suivant, paru sur le site du journal « Le Monde »

Si ce plan là ne semble pas réussir grâce à la responsabilité des tunisiens et de l’armée Tunisienne, nous n’avons n’a pas la moindre idée sur les autres plans que pourraient concocter les forces hostiles à une Tunisie démocratique, responsable et libre.

Il est temps de prendre nos responsabilités et de veiller à ne pas se faire manipuler dans un sens ou dans l’autre. Il est temps d’arrêter de poster tout et n’importe quoi sur facebook et twitter. Il faut revenir aux habitudes que nous avons pris ces quatre dernières semaines et par lesquelles nous avons créé l’histoire. Nous devons continuer à utiliser l’incroyable moyen de communication que sont les réseaux sociaux pour réussir une transition démocratique et républicaine.

Il est impératif que le peuple Tunisien soit bien informé et que la bonne information parvienne à tout le monde. Encouragez vos amis à arrêter de partager les vidéos superflues et de commencer une campagne d’information sur la réalité politique en Tunisie :

Que se passe-t-il exactement autour de nous ?

Quels sont les dessous de ces évènements ?

Qui sont les différents partis  présents sur la scène politique ?

Quelles sont leurs directions politiques ?

Quelles sont leurs positions par rapport aux dossiers chauds du passé, du présent et du futur ? Et qui sont les leaders qui les représentent ?

Aucune des transitions similaires à celle que vit la Tunisie aujourd’hui n’a été facile. L’histoire ne tarit pas d’exemples et de leçons. Je pense à la révolution Française, au Franquisme, Juan Carlos et le basculement de l’Espagne vers la démocratie, l’écroulement de l’ex bloc soviétique, etc.

Exprimons nous, écrivons, partageons, Il est de notre responsabilité de prendre le relais dans la démocratisation de la Tunisie et à « élever le niveau du peuple»  comme disait Habib Bourguiba. Et si Bourguiba a omis que l’élévation du citoyen passait inexorablement par la démocratie, la justice et l’égalité, nous, la génération Y Tunisienne, émancipée et consciente, ne l’oublierons pas.

« There is a war going on for your mind » so «  fight with tools » because « We’re the architects of our last stand» *

A.

* Flobots – Fight with tools

Posted in freedom, liberté d'expression, Tunisia / Tunisie, Uncategorized | Tagged , , , , | 5 Comments

Démocratie, hypocrisie et des pelles pour tous

Les Tunisiens forment un peuple rêvé pour tout homme politique. Habitants d’un État moderne dont le modèle économique est une référence pour la région, ils bénéficient d’une politique centrée sur l’éducation et qui en fait une perle du monde arabe et de l’Afrique… l’atout majeur de ce peuple est qu’il vient livré avec l’option « Je te raconte toutes les salades possibles et inimaginables… tu les goberas, et sans discussions s’il te plaît ».

Selon le gouvernement tunisien, le peuple en Tunisie, est éduqué, conscient mais en même temps il peut tout gober. Telle est la stratégie de communication officielle en Tunisie, peu importe ce que vous voyez sur les vidéos amateurs, ou sur les télévisions étrangères, vous devez nous croire nous, et notre télévision pourpre appelée Tunis7. A entendre Zine El Abidine Ben Ali, ou ZABA pour faire court, les manifestations quotidiennes en Tunisie ne sont pas du tout spontanées et ne reflètent pas la situation économique et sociale du pays et encore moins la frustration de tout un peuple.

Déjà dans son premier discours, ZABA a joué la carte usée des éléments étrangers jaloux des acquis de la Tunisie. Il a fustigé Al Jazeera, brandi l’éventail des islamistes cachés derrière tout ça et n’a pas manqué de menacer avec fermeté les manifestants. Mais hier, lors de son dernier discours, il a fait encore plus fort en traitant les manifestants de bandes de terroristes cagoulés, de marginaux à la solde « d’un groupuscule d’éléments hostiles qui s’offusquent de la réussite de la Tunisie et qui sont remplis d’animosité et de griefs”.

Sous la lumière de ce discours éclairant, Il est intéressant de faire un parallèle avec l’Algérie qui a connu des troubles similaires. En Algérie, les jeunes en colère à l’origine des troubles n’ont pas hésité à recourir à la violence face à une police souhaitant limiter les dégâts. Au contraire, en Tunisie, les manifestations de rues étaient spontanées et pacifistes, face à une police violente et répressive. Toutes les manifestations, même celles des avocats et des syndicalistes, ont été violemment réprimées, laissant plusieurs blessés, hommes et femmes confondus.

Après les premières menaces de ZABA, la police a haussé le ton, utilisant même des balles réelles en premier recours et visant le haut du corps des manifestants. Soyons clairs, ils tirent pour tuer. Face à un tel comportement inhumain et irresponsable, la colère de la rue ne peut que monter. Les foules sont exacerbées, leur président se moque d’eux, les traite de terroristes, et la police leur tire dessus avec impunité. Il leur promet de créer 50.000 emplois immédiatement et puis 300.000 autres d’ici 2012. La bourse en chute libre depuis quelques jours ne semble pas être d’accord avec ces promesses. Elles sont d’autant plus difficiles à réaliser dans une économie criblée par le clientélisme, la corruption et le sentiment d’insécurité des entrepreneurs, comme le décrit si bien cet ancien député du parti au pouvoir, pris de remords face aux récents événements sanglants.

Monsieur le président, Messieurs les policiers,

Vous devriez être fiers du comportement de la rue en Tunisie et de la retenue qu’ont montré les manifestants. Les épisodes violents ne sont que marginaux et sont souvent l’œuvre de la provocation policière. Comme à Kasserine et Thala où les policiers ont tiré sur des cortèges funèbres. A Kasserine, des corps transpercés de balles ont été retrouvés dans l’oued et au commissariat de la police où les policiers ont refusé de les rendre à leurs familles… Des images et des vidéos sanglantes pullulent sur les réseaux sociaux… et malgré toute cette violence, la rue a refusé à plusieurs reprises de répondre aux provocations de la police, comme ici au centre ville de Tunis où les manifestants ont levé les bras en l’air en signe de refus de violence.

Les forces armées déployées autour des villes connaissant des incidents violents (centre ouest) ont dû s’interposer entre les forces de police et les habitants pour éviter des dégâts humains encore plus importants. Des vidéos amateurs montrent la joie des habitants à la vue de l’armée en espérant qu’elle les sauve de la barbarie des policiers.

Mr Frédéric Mitterrand, Ministre français de la culture et de la communication , n’a probablement pas vu ces documents pour oser déclarer que la Tunisie n’est pas une « dictature univoque ». Je suis d’ailleurs curieux de connaître la définition de dictature univoque selon Mr Mitterrand. A ce que je crois en comprendre, un régime policier, violent, corrompu jusqu’à la moelle, refusant tout soupçon de liberté d’expression et continuant à vivre dans des rêves pourpres ne correspond pas à cette catégorie. Son collègue, Bruno Le Maire, semble être d’accord avec lui puisqu’il refuse de qualifier le régime Tunisien, et déclare que ZABA est souvent mal compris.

Que dire ? L’hypocrisie du gouvernement français est accablante, les membres du gouvernement de “la patrie des droits de l’homme” font bien honneur à leur président dans ce domaine.

Mesdames et Messieurs les politiciens occidentaux,

A vous en croire, vous êtes imprégnés par la culture des lumières, par la démocratie et le respect des institutions. Vous êtes des humanistes, vous le criez haut et fort à chaque occasion. Vous êtes par contre incapables de pointer du doigt un assassin et sa mafia sanguinaire. En réalité, vous n’êtes que des hypocrites, vous êtes complices de tous ces meurtres, vous êtes les complices de Zinochet, vous êtes des néo-colonialistes et vous devriez en avoir honte.

ZABA n’est pas un rempart contre l’islamisme, au contraire, il l’attise par la marginalisation de toute une jeunesse frustrée. Il n’est pas le fer de lance d’une économie saine  au Maghreb, au contraire, il a mis l’économie tunisienne à genoux. Les entrepreneurs n’ont plus confiance en une économie où ils sont la cible des rackets d’une mafia sans dieu ni maitre, où la justice n’est pas libre et où le clientélisme et la corruption sont les maîtres mots.

Non, les tunisiens ne sont pas des sauvages immatures incapables de se gouverner. La rue vous l’a prouvé et continue à vous le prouver malgré les intimidations continues… 2500 agents quadrillent le centre ville de Tunis au moment où j’écris ces quelques misérables lignes, ils tabassent des manifestants pacifistes après les avoir isolés dans des petites rues, artistes compris…

Ben Ali et ses hommes de main ont déjà étouffé des soulèvements régionaux en 2008 et 2009… mais là c’est le pays entier qui se lève… s’ils continuent sur ce modèle ce sera la tragédie…

Vous serez tous responsables des morts qui vont suivre, mais ce n’est pas grave, votre attitude vient sûrement livrée avec l’option “autruche”. Il vous suffit d’acheter une bonne pelle, elle pourra vous servir pour vous enfuir la tête sur les belles plages de sable fin d’Hammamet, pendant que les Tunisiens eux fredonnent… This morning I woke up in a curfew… Oh god, I was a prisoner, too… Could not recognize the faces standing over me… They were all dressed in uniforms of brutality…

A.

:(

Posted in Censorship / Censure, freedom, liberté d'expression, Tunisia / Tunisie | Tagged , , , , , , , , , , , | 2 Comments